Comment tenir votre lectorat en haleine pour le rendre addict à votre manga ? – Storytelling#3

Vous pensiez que j’écrirais la suite du précédent article ?

Eh bien non.

À la place, je vais vous donner un conseil tout bête…

Sauf que, avant ça…

Il faut que je vous prévienne : n’en abusez pas.

Trop utiliser ce ressort ne fera qu’énerver votre lectorat.

Ne pas l’utiliser assez fera que votre lectorat aura le pouvoir sur votre oeuvre (et donc votre histoire).

Le McGuffin est un bon moyen de générer le sujet de cet article.

Mais…

Je ne peux pas vous dire ce qu’est un McGuffin.

En plus, c’est déjà un cliché esseulé au cinéma, donc l’utiliser en manga ne vous aidera que si vous êtes habile en scénario.

Très habile.

Vous pouvez rendre vos planches en retard (comme je l’ai fait avec cet article), mais c’est très impoli et peu professionnel.

Allonger votre intrigue également, pour faire durer un suspense.

Mais là, vous risquez de la rendre trop ennuyeuse si vous en faîtes trop.

Vous pouvez aussi complexifier votre intrigue (au risque de perdre votre lectorat); ou bien encore brouiller les pistes (mais il faudra tout planifier à l’avance), voire ajouter des détails mystérieux (qui ont quand même une explication).

Bref, cette astuce est assez protéiforme et compliquée à manier efficacement.

Cependant, quand elle est bien maniée, elle peut faire des merveilles, car elle saura scotcher votre lectorat qui en voudra toujours plus !

Cette astuce, c’est…

En fait, je vous ai déjà donné assez d’indices comme ça.

Vous êtes un lectorat intelligent : vous saurez aisément deviner de quoi je parle1.

Que la positivité vous accompagne toujours,
Signé : Denise

  1. Si jamais vous devinez : écrivez votre solution en commentaire ! ↩︎

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *